Open de France 2013

Modérateurs : gromarco67, G-rom, davcor

Répondre
Avatar du membre
davcor
Professionnel(le)
Professionnel(le)
Messages : 7366
Enregistré le : 29 févr. 2008, 17:00
Localisation : Toulouse
A remercié : 2 fois
A été remercié : 7 fois

Open de France 2013

Message par davcor » 23 mai 2013, 13:20

Je suis un peu avance car il ne se déroulera que du 4 au 7 juillet 2013, mais les annonces successives de présence de grands joueurs, ces derniers jours, me font ouvrir le post.

Il va y avoir du lourd cette année :
Luke Donald
Lee Westwood
Graeme McDowell
Ian Poulter
et aujourd'hui le joueur us Matt Kuchar :D

Le choix du parcours de la RyderCup 2018 y est pour beaucoup

Avatar du membre
Bergkamp
Professionnel(le)
Professionnel(le)
Messages : 9194
Enregistré le : 28 mai 2005, 00:05
Localisation : CSP
A été remercié : 2 fois

Re: Open de France 2013

Message par Bergkamp » 23 mai 2013, 14:47

Woods et McIlroy, ils ne viennent pas à ce genre de compétitions ?

Avatar du membre
davcor
Professionnel(le)
Professionnel(le)
Messages : 7366
Enregistré le : 29 févr. 2008, 17:00
Localisation : Toulouse
A remercié : 2 fois
A été remercié : 7 fois

Re: Open de France 2013

Message par davcor » 23 mai 2013, 16:18

C'est super rare que les américains se déplacent en Europe : + de pognon là bas

Les autres ont un programme pré établis (tournoi/repos/entrainement) prévu sur l'année et préparent le British Open pour le 14-21 juillet

D'ici 2018 et la RyderCup, toutes les grosses stars vont venir jouer le parcours dans sa configuration ultime, pour faire une reconnaissance "grandeur nature"

Avatar du membre
davcor
Professionnel(le)
Professionnel(le)
Messages : 7366
Enregistré le : 29 févr. 2008, 17:00
Localisation : Toulouse
A remercié : 2 fois
A été remercié : 7 fois

Re: Open de France 2013

Message par davcor » 27 juin 2013, 16:03

Lee Westwood vient d'annoncer qu'il ne participerait pas à l'épreuve.
L'Anglais, 40 ans et actuel n°12 mondial, était l'une des têtes d'affiche

Avatar du membre
davcor
Professionnel(le)
Professionnel(le)
Messages : 7366
Enregistré le : 29 févr. 2008, 17:00
Localisation : Toulouse
A remercié : 2 fois
A été remercié : 7 fois

Re: Open de France 2013

Message par davcor » 27 juin 2013, 16:09

Je reprends ma présentation du parcours de l'an dernier :

Source : http://www.golf-national.com

Image

Dès ce premier trou la mise en jeu est importante, du fer 2 au bois 3 pour ne pas aller directement dans l’eau à 288m et se placer pour le second coup. Sur ce long green, légèrement de travers, l'attaque doit être précise surtout pour des positions courtes, juste derrière l’eau.

Image

Le plus difficile sur ce trou réside dans la juste appréciation de la longueur d'eau à franchir et le choix du club pour des positions de drapeau de plus en plus délicates de droite à gauche. La plus dangereuse, au fond à gauche, à plus de 200 mètres du départ, exige longueur et précision.

Image

Bien que rallongé depuis 2004, ce long par 5 semble simple. Il impose une mise en jeu longue et plutôt à gauche pour atteindre en sécurité un petit green défendu par un bunker et un petit chêne.

Image

Le drive, vers un large fairway, demande une bonne longueur pour attaquer un grand green surélevé et très défendu à gauche par de profonds bunkers. Le deuxième coup, s'il doit être joué depuis le rough dense sera difficile si le drapeau est court. Le green est grand et agrémenté de pentes sournoises.

Image

Un peu de repos pour ce par 4 assez court et sans grande difficulté. Les occasions de birdie
ne sont pas si nombreuses.

Image

Ici aussi, on peut souffler. Mais attention, le green est long, caché par une bosse et plus bas que le fairway, tous artifices destinés à tromper les joueurs sur l'exacte longueur du coup à jouer. Seul réel piège de ce trou où les birdies sont souvent nombreux.

Image

Un trou important que quelques joueurs prétendent aborder comme deux par 3 avec une mise en jeu à placer sur le plateau surélevé, puis un deuxième coup vers un green en contrebas. A droite du fairway une forte pente, un ruisseau puis le hors limites sont à éviter. A gauche bosses et hautes herbes ne sont guère plus confortables.

Image

Tout ici est fonction du vent : fort ou faible, favorable ou contre. Le grand green, défendu par un petit bunker d'entrée, propose quelques positions de drapeau intéressantes, surtout avec vent de face quand il faut jouer un coup de près de 200 mètres.

Image

Autre par 5 rallongé en 2004, son nom en dit long sur ce qui peut attendre les joueurs. Si l'eau à gauche n'est pas trop en jeu, vent contre, le deuxième coup est difficile car long et vers un green très étroit et défendu à droite.L'approche jouée d'un coté ou de l'autre du green est très délicate à arrêter et demande habileté et finesse.

Image

Par vent arrière, on a vu de longs frappeurs arriver à hauteur du green avec le drive. Cela ne sert pas à grand-chose car le rough autour est difficile à jouer. La plupart choisissent un fer 2 ou un fer 3 et jouent un wedge au second coup. Voici un trou à birdie, mais attention à l’eau sur la gauche.

Image

En fonction de l’emplacement du drapeau sur un grand green « à pentes », ce par 3 à « taille humaine » peut devenir délicat. Plutôt qu’un trou « de repos » il faut le considérer comme un birdie possible.

Image

Dogleg à droite avec un grand bunker en contrebas à gauche qui rend la mise en jeu difficile. En effet, plus on est long au drive plus le fairway devient étroit. Placé dans le « goulet » le drive favorise l'attaque du vaste green surélevé. Du bunker ou du rough atteindre le green en régulation est peu fréquent. Le putting demande une grande attention.

Image

Encore un trou rallongé et décalé en 2004, ce qui ferme un peu plus le « dogleg » avec l’eau sur la droite. Voici un trou très technique : si la mise en jeu n’est pas assez longue, le second coup devient difficile car le green est petit et protégé par de l’eau juste devant, et il faut arrêter vite la balle. La seule méthode : attaquer en restant prudent.

Image

Depuis qu'il a été rallongé il y a moins d’eagles que parle passé. Désormais les bunkers devant le green barrent réellement l’accès au green devenu difficile à « toucher en deux » surtout contre le vent. Le green présente une particularité inhabituelle et exigeante avec ses deux plateaux dont le plus éloigné est aussi le plus bas.

Image

On entre dans le « tribunal final » formé par les quatre derniers trous. Même si sa longueur reste modeste, voici un trou très dangereux. Il faut faire la mise en jeu au fer car le green en île demande un second coup d’une précision sans faille. Et en fonction de la position du drapeau, ce sera encore plus difficile.

Image

Ici la difficulté n’est pas la longueur mais l’eau à droite et la pente générale du green vers la droite, justement. Si la sécurité pousse à jouer à gauche, quand le drapeau est à droite un long putt en descente est tout sauf confortable. Attention au bogey.

Image

Avec son « collègue », le 18, ces deux par 4 à la limite du 5 sont construits « tête-bèche ». Si le vent est favorable sur l’un il sera contre sur l’autre. On préférera donc le vent de sud qui aidera sur le 18. Ici, sur le 17, en dehors de la distance, il n’y a pas trop de difficulté, sauf qu’il faut poser son drive sur un fairway étroit pour pouvoir attaquer le green en deux. Reste un trou au bogey facile et au par difficile.

Image

Ici tout peut arriver et psychologiquement il est aussi difficile d’assurer le par que de jouer le birdie. Le placement du drive est essentiel, avec l’eau à gauche et les bunkers petits et profonds à droite d'ou il est impossible d’attaquer le green en île en deux.

Avatar du membre
davcor
Professionnel(le)
Professionnel(le)
Messages : 7366
Enregistré le : 29 févr. 2008, 17:00
Localisation : Toulouse
A remercié : 2 fois
A été remercié : 7 fois

Re: Open de France 2013

Message par davcor » 04 juil. 2013, 22:50

Anders Hansen, 42 ans, s’offre le commandement du tournoi grâce à une très belle carte de 66 (-5) faite de sept birdies pour deux bogeys (un aller à -4 entre les trous 10 et 18).
Réussira-t-il à claquer quatre tours de la sorte ? Ce serait un vrai miracle compte tenu de la dureté du rough et l’extrême complexité des greens.
Ses plus proches poursuivants peuvent donc en profiter très rapidement dès ce deuxième tour. Parmi eux, il y a bien sûr Romain Wattel, 22 ans, forcément sublime, auteur d’un 67 (-4) d’anthologie avec six birdies pour deux bogeys.
Quand on parle de Wattel, on pense bien sûr à Victor Dubuisson, son alter ego. Les deux garçons sont amis et ont quasiment le même âge. Le Cannois est un peu plus vieux. 23 ans. Très solide, ce dernier rend un score excellent de 68 (-3) malgré un double bogey au 17. Dommage car sans ce léger dérapage, il serait co-leader après 18 trous.
Comme galvanisés par une ambiance très bleu-blanc-rouge, d’autres joueurs français se sont distingués ce jeudi, notamment Grégory Bourdy et Alexander Lévy, douzièmes à -2. Eux aussi ont pris le bon wagon.
Certains gros poissons les ont imités. Tels Thomas Björn et Martin Kaymer (3es à -3) ou encore Graeme McDowell ou Miguel Angel Jimenez (12es à -2).
Matt Kuchar, la vedette américaine de ce 97e Open de France de l’Histoire, est lui en embuscade (24e à -1).

Avatar du membre
davcor
Professionnel(le)
Professionnel(le)
Messages : 7366
Enregistré le : 29 févr. 2008, 17:00
Localisation : Toulouse
A remercié : 2 fois
A été remercié : 7 fois

Re: Open de France 2013

Message par davcor » 07 juil. 2013, 19:32

Le numéro neuf mondial, Graeme McDowell remporte le 97e Open de France avec un score total de 275 (-9) .
Un Nord-Irlandais très solide, trop solide pour la concurrence. Il devance de quatre coups le Sud Africain Richard Sterne (-5) et de cinq le duo Eduardo de la Riva - Graeme Storm (-4).
McDowell a su dompter un Albatros rendu encore plus compliqué avec le vent très présent ce dimanche sur le parcours de Guyancourt.
Auteur de la meilleure carte du tournois avec -5 aujourd'hui, Victor Dubuisson termine meilleur joueur français de la semaine avec un total de 285 (+1).

Répondre

Retourner vers « Compétitions Pro »